1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

CR 100km route ronde des éléphants

Publié par Raymond B. (FRA 038) dans le blog Raymond B. (FRA 038). Nombre de vue: 510

Je ne sais pas quelle mouche me pique début octobre en recevant dans ma boite mail une pub pour la Ronde des Eléphants - 100km route avec 1670m D+ le 3 novembre 2018. Le Bearman vient juste de terminer la semaine d’avant et les entrainements CAP étaient assez light de l’ordre de 40-50km par semaine.

Je mets donc en place sur 10 jours un entrainement type commando (week end choc) suivi de 3 semaines d’affutage. Une petite course prévue auparavant placée à 6 jours avant le départ me permet de reprendre un peu de rythme. Les entrainements de marche sont importants afin d’avancer correctement dans les bosses et les faux plats montants. Il me faut gérer cette course sur route comme un trail car l’entrainement est trop light pour espérer courir tout le long du trajet.

Plan de course qui sera scrupuleusement respecté, enfin presque car l’allure marathon est plus rapide que prévue.

Méthode Cyrano jusqu’au 45ième km (plat et faux plats) en 9’ de CAP 1’ de marche.
Du 45ième au 100ième km marche dans les montées et faux plats et footing sur le plat et dans les descentes.

L’avant-veille, il ne faut jamais se laisser aller, je fais le plein de calories, des lipides essentiellement, glaces, gâteaux et bonbons, pas forcément le meilleur des carburants mais pas de stress à avoir car la machine n’est pas sensée être poussée dans ses retranchements.

Nous partons à Chambéry au tout dernier moment. Quand le réveil sonne le lendemain à 7h du mat, les yeux ont bien du mal à s’ouvrir, on pourrait pas repousser le départ d’une heure ? Bonjour la motivation

Je me rends au départ avec une navette affrétée par l’organisation et rencontre quelques connaissances. Quelle surprise : Daniel et Gilbert Codet sont là, des coureurs de l’ARSL Roche aussi avec lesquels je fais des entrainements collectifs.

Eric est aussi présent avec sa femme. On commence à papoter. Je mets un sac dans une voiture estampillée 100km, mauvais choix. Ce sont les sacs qui iront à l’arrivée.

Le départ est donné. Eric applique sa stratégie de course. Je sais que dès que le terrain s’élèvera, je ne le verrai plus. Alors j’accélère un peu le rythme : vers 11km/h en cap. Il me rattrape souvent au ravito (allez savoir pourquoi)- non non, je ne m’attable pas mais le beaufort mis à notre disposition ne me laisse pas de marbre.

Sur cette partie plate, la moindre partie non bitumée est exploitée. Gilbert, grand amateur de course sur route et organisateur du GR73, m’aperçoit et me dit en souriant, tu n’es pas sur un trail.
IMG_0022.JPG IMG_0018.JPG
Ma femme est là et de temps en temps elle m’accompagne en marchant sur 50m à mes cotés. C’est mon dopage affectif. Dès que je repars, je suis tout ragaillardi.

Au 42ième km, Eric me rejoint et nous passons le marathon en 3h50. Heu, je suis un peu surpris. Bon faut dire qu’il n’y a pas grand-chose à regarder, le plafond nuageux est assez bas. Le climat est propice à la performance. Nous sommes ensemble jusqu’à la première difficulté ( 45ième km).
IMG_0043.JPG

Arrivée au bas de la pente, l’aigle s’envole quand l’ours est déjà dans une autre gestion de course. 6 ou 7 personnes me rejoignent en une dizaine de km, ça ne me fait ni chaud ni froid car les centbornards sont bien entrainés et sont très forts. et puis il y a cet écriteau que j'ai vu peu de temps auparavant.
IMG_0009.JPG

Le ravito du 58ième. Yesss je retrouve Didier de l’arsl roche mais pas mon sac (aie !!! il est aux abonnés absents). Oh non, pas de gilet fluo et pas de frontale ; c’est synonyme de disqualification. Pas glop.Il repart et je tourne en rond essayant de trouver une solution

Un blessé veut bien me prêter sa frontale. Ouf je l’ai échappé belle. J’ai tout de même perdu plus de 15mn dans l’histoire et le corps s’est refroidi. Les premiers pas sont difficiles. La cheville me fait mal. Le corps est tout endolori. Au bout de quelques minutes, en trottinant à 5-6 km/h, le corps se réchauffe et je peux remettre un peu de gaz. Au 70ième, je fais un rapide calcul 7h10 s’est écoulé depuis le départ et il me reste 30km. Même en marchant je ne mettrai pas plus de 5h 5h30 pour rallier l’arrivée (largement suffisant pour être dans l’objectif de temps visé). Les organisateurs me croisent ou me doublent quand je marche et me demandent comment je vais. La réponse est toujours la même. « Faut prendre son temps, je gère ». Ils voient bien que quand je cours je suis encore à une bonne allure (de footing).

En montant le Col de l’Epine, un coureur revient de l’arrière (chapeau, il court encore après 80km dans du 9%). Je suis vraiment admiratif mais est-ce vraiment payant ? Juste après le ravitaillement au col de l’épine, je le reprends assez vite et au final il sera à plus d’un quart d’heure à l’arrivée en 9-10km km de descente.

Les frontales donnent des indications, 3 coureurs sont à portée de fusils. J’accélère la cadence et dévale la pente à 12km/h Ils me tiennent à distance et puis l’un d’eux craque, deux autres sont maintenant à 200-300m. Le ravito est à mi pente, pas de fromage, pas la peine que je m’attarde, un verre de coca et je repars dare dare devant les 2 autres coureurs seul 1 arrivera à me rejoindre. Il reste 1km, un petit faux plat de 500m. Je le laisse passer, je marche. Un top 30 suffit. Sur 500m, une descente de km vertical nous attend. Ouille ouille, merci le cadeau pour tous ceux qui rentreront mort au bercail. Je pense au gainage et abdos faits en début de semaine. C’est dans ces moments là que ça paye.

La ligne est franchie en 11h17, Je retrouve mon sac. Les muscles sont chauds et je ne m’aperçois pas encore des dégâts occasionnés par cette dernière descente mais une heure après la douche et l’ostéo, ce n’est plus la même. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti de telles douleurs articulaires et ligamentaires.

Après les 100km de Millau en 2013 en 12h49, je ne m’attendais pas à faire ce temps car le D+ est plus important et 13h me paraissait raisonnable.

En haut de l’épine, Je n’ai pas su résister à l’attrait d’aller chercher quelques coureurs au détriment d’une meilleure récupération. Adieu Le Puy Firminy pour cette année. C’est plus sage.

D’un autre coté j’ai super bien aimé l’ambiance d’avant et d’après course. Les suiveurs motos sont plus là pour la sécurité que pour nous ennuyer à faire respecter à la lettre le règlement. Ils nous encouragent même, surpris parfois qu’on leur dise merci.

Un grand merci
A ma dame qui commence à comprendre que c’est une aide vraiment précieuse pour moi et qui m’accompagne de plus en plus souvent sur mes déplacements.

Aux organisateurs car de retour sur des expériences triathlon où la rigidité de certains arbitres m’a éloigné de cette pratique, je n’ai trouvé que des commissaires de course en osmose avec les coureurs. Je les félicite donc de leur flexibilité d’esprit.

A Eric, sa femme, les coureurs de Roche, le peu de coureurs que j’ai croisé avec lesquels j’ai pu échanger quelques paroles, les bénévoles et surtout le bon gout des organisateurs de nous mettre du beaufort sur pratiquement tous les ravitos. J'ai aussi une pensée pour les coureuses de casa avec qui je m'entraine à marcher et qui ont parfois du mal à me suivre. Ca m'a vraiment beaucoup aidé.

Pour ceux qui voudrait faire un 100km, préférez l’accompagnement en vélo. C’est une aide qui vous permettra de gagner facilement 20mn à 1/2h.

Conclusion:
Course assez bien gérée mais j’étais capable de faire moins de 11h (temps réellement couru 10h43). Eric 14ième finit en 10h14’33, 5ième V2H. C’est dire que la route regorge d’excellents coureurs.

Pour ma part
27ième en 11h17’ et 10ième v2 h sur 30.

I:122 P:111 Ar:96 D:0 Ab:15

Pièces jointes:

  • Franck A. (FRA 070)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Joel A. (FRA 038)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Sébastien B. (FRA 065)
  • Philippe D. (FRA 084) #3
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Joel A. (FRA 038)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Sébastien B. (FRA 065)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Michel B. (FRA 084) #4
  • Serge D. (FRA 018)
  • Benjamin D. (FRA 038) #3
  • Yann L. (FRA 064)
  • Christian G. (FRA 029)
  • Frederic B. (FRA 069)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Stéphane P. (FRA 029) #2
  • Frédéric A. (FRA 006) #4
  • Philippe D. (FRA 059) #6
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Jean-e. L. (FRA 048)
  • Florence R. (FRA 071)
  • Raymond B. (FRA 038)
  • Franck L. (FRA 012)
  • Raymond B. (FRA 038)
You need to be logged in to comment