1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

CR Infernal Trail des Vosges 2017

Publié par Eric B. (FRA 025) dans le blog Eric B. (FRA 025). Nombre de vue: 4165

Hello !

Voici un compte-rendu de ma course – manquée – du week-end : L’infernal Trail des Vosges 2017.

Je me suis proposé un petit exercice de style pour ce retour de course, histoire de changer un peu mes habitudes de récit. Je vous invite donc à lire mon tout premier compte-rendu sous forme d’un ABCdaire évolutif.

ABCdaire… Tout le monde connaît. Evolutif ? Tout simplement parce que j’y reviendrai régulièrement pour y apporter des nouveautés, de nouvelles informations lorsque l’envie s’en fera sentir.

Alors en avant !

Allons-y pour 26 lettres, vingt-six lettres dédiées à l’Infernal trail des Vosges !

A

Abeilles : J’adore les abeilles ! J’adore les abeilles et encore plus le miel ! Vous vous en foutez et vous vous demandez bien ce que ce mot vient faire ici ? C’est tout bête : je ne souhaitais pas ouvrir ce compte-rendu avec le mot qui va suivre j’ai donc tout simplement placé un terme qui me plait en tête de liste… Malin, non ? :D

Abandon : Aïe ! Voilà, c’est dit, c’est fait ! Au kilomètre 151, Ravitaillement de Préchoffé. Voilà, vous savez tout sur ma course. Inutile d’aller plus loin… Vous pouvez stopper la lecture ici. Bon, nan !!!! Allez, je raconte un peu quand même…. Pour la petite histoire, il s’agit de mon quatrième abandon en 24 années d’ultra : Grand Raid des Pyrénées 2009, Grand Duc de Chartreuse (année ?), Ronda del Cims 2014… Et Infernal Trail des Vosges 2017…

Admiration : Alors que je peinais à rejoindre ce ravitaillement de Préchoffé, j’ai eu le temps de méditer sur ces coureurs qui franchiraient la ligne d’arrivée en 50 voir 60 heures. Et je m’interroge : comment font-ils ? Comment faites-vous ? Où allez-vous chercher votre énergie ? De quel bois êtes-vous fait ? mesdames, Messieurs, vous avez toute mon admiration !

Anti-inflammatoires : J'en parle puisqu'on m'a posé la question ce jour : " pourquoi t'as pas pris des anti inflammatoires ? t'aurais pu finir non ? " je précise que cette remarque m'a été faite par une personne qui ne court pas. Donc je réponds :
- D'une part, mon éthique personnelle ne correspond pas à cela : masquer une douleur avec un cacheton n'est pas dans mon mode de fonctionnement. Peut-être que ceux qui me connaissent bien et sont habitués à mes CR se souviennent que j'avais pris un médoc assez puissant quelques jours avant la Ronda del cims pour faire passer un lumbago afin de juste me permettre de prendre le départ. Mais en course, hors de question de prendre quoique ce soit !
-D'autre part.... Ben c'est simple, je suis allergique aux anti-inflammatiores ainsi qu'à l'aspirine, donc le problème est réglé de lui-même
:p:p:p:p

Arche : l’Arche de départ est juste… Comment dire ? Titanesque ! un véritable décor hollywoodien !

B

Balisage : sans faille, hors norme. Malheureusement, il existe toujours des petits malins qui jouent à tout casser. Mais que fait la police ? Et bien son boulot : elle interpelle les suspects !
VOIR ICI : https://www.facebook.com/LinfernalTraildesVosges/videos/1696238520387909/


Barres : de préférence chocolatées. Ma trouvaille 2017 en termes d’alimentation. Mon sac est bourré de Mars, Twix, Bounty et autres Nougatti… ça passe tout seul ces cochonneries de l’aire agroalimentaire industrielle.



Base-vies : elles sont trois, judicieusement réparties sur le parcours. Comme toujours, l’accueil est exceptionnel ! un vrai piège : on a envie d’y rester !

Bénévoles : Forcément ! Ils sont 600 sur l’Infernal. 600 personnes à œuvrer pour le plaisir des coureurs. Une fois de plus, je n’ai qu’un mot pour eux tous : MERCI MERCI MERCI !

C

Chaussettes : voir trou…

Chutes : une première chute au cours de la nuit, avec une branche qui se coince entre ma chaussure et l’élastique de ma mini-guêtre. Comment dire ? ça surprend ? c’est peut-être un terme faible ! Un centième de seconde plus tard, tu as la tronche écrasée au sol comme un moustique sous une tapette, les genoux en sang, les paumes des mains râpées comme du comté sur une pizza ! Une seconde chute tout en douceur, alors que je commençais à m’endormir, en tout début d’après-midi. Et bing le genou gauche qui butte une pierre. Je ne m’en remettrai pas !

Courir : marcher ou courir ? Courir ou marcher ? Telle est la question, qui ne se pose plus quand tu as le genou qui a pris la taille d’une demi-pastèque et que juste poser le pied au sol devient douloureux.

D

Déception : beaucoup de déception. Non pas par rapport à mon abandon, rassurez-vous ! Mais je trouve dommage qu’une telle épreuve, qu’un ultra-trail, aussi costaud, aussi bien organisé ne voit que 136 concurrents s’aligner sur la ligne de départ. Ca me chagrine. L’Infernal mérite plus que ça…

Dénivelé : 10000 mètres annoncés. J’en aurai fait 7900. A bien y réfléchir, il en restait peu, mais encore trop pour un genou récalcitrant.

E

Editeur : vous êtes éditeur ? Vous connaissez un éditeur ? Ca tombe bien, j’en cherche un ! J’aimerais publier à nouveau mon premier roman qui est épuisé depuis longtemps et j’ai repris (secrètement, ne le répétez pas !) l’écriture de la suite…. Contactez-moi !

Emotions : Le plaisir, la joie, le bonheur, l’envie, le désir… Voilà ce qui me motive. Voilà ce qui me fait vibrer. Lorsque le rapport émotions/souffrance devient inférieur à l’unité, j’arrête de jouer !

Equilibre : vital ! Equilibre physique, qui te permet de tenir debout, de te déplacer dans les chaos rocheux, dans les enchevêtrements de branches et d’arbres abattus, dans les pentes si raides qu’on préfère ne pas en chercher le sommet – ou le fond ! - du regard. Mais équilibre mental, intellectuel, psychologique. On rejoint le couple émotions/souffrance… L’équilibre se doit d’être conservé, sous peine de forte amende.

Extraterrestre : ils existent ! Je les ai vu au ravitaillement du Haut du tôt ! [Je n'arrive pas à retrouver la photo... Crotte de caniche ! Si quelqu'un peut m'aider, je suis preneur !]

F

Far Breton : tout juste EXCEPTIONNEL ! Arrivé à Saint Amarin, je vois un magnifique Far Breton posé sur une table de ravito. je demande si on peut goûter. Une Gentille Bénévole me dit que c'est elle qui l'a réalisé et elle m'en découpe une magnifique portion. Far Breton mirabelles poires à tomber par terre... Mon Dieu ! J'en salive encore !

Frontale : Lorsque le médecin de la base-vie prend ta frontale, l’observe sous toutes les coutures et dit « elle est géniale cette lampe, j’utilise la même pour faire des examens gynécologiques », il faut avoir une sacré répartie pour trouver quelque chose à répondre !

G

Gamelle, Gadin, pelle : voir Chute, Rateau !

Genou : En sang, comme ceux d’un gamin de cinq ans qui apprend à faire du vélo sans roulettes ! la seconde Gamelle aura été fatale à mon genou gauche qui coincera complètement après la troisième base-vie.

Grand Ballon : Point culminant du parcours. Franchi dans une ambiance dantesque de presque fin du monde avec des rafales de vent impressionnantes. Pendant un moment, j’ai cru que les deux immenses antennes du radar allaient me tomber sur la tête. Obligé de me boucher les oreilles tellement le hurlement du vent sur ces tiges de métal était aigu !

GRP : Grand Raid des Pyrénées. Qu’est-ce que ça vient faire là ? Pas grand chose si ce n’est que j’avais bouclé le GRP 2017 moins de 15 jours avant de prendre le départ de cet Infernal. Ma conclusion est donc la suivante : impossible pour moi d’enchaîner des courses comme certains le font. J’ai besoin de récupération qui, clairement, était insuffisante !

H

Haut du Tôt, forcément ! Le ravitaillement que j’attends d’une année sur l’autre !

Heures : 24h48 de course pour ma part pour les 151 kilomètres parcourus. Quand je pense que du côté du Mont Blanc, D’haene a couru les 170 km en 19h, je me dis que nous ne vivons pas tous dans le même monde !

I

Infernal ? InfernalE ? je me trompe une fois sur deux ! Elève Bonnotte vous me copierai 100 fois INFERNAL TRAIL DES VOSGES !

J

Jeunesse : loin derrière moi. Je devine, au loin, les premiers affres de la vieillesse. Garder la forme devient mon leitmotiv. Préserver mon corps un impératif. Poser le dossard je me devais.

K

Kilomètres : 203. Facile sur le papier. Beaucoup moins sur le terrain. Le parcours est dantesque !

L

Lumières : lumière lunaire filtrant à travers de longs nuages. Lumière solaire au petit matin, jouant avec les branchages. Lumière artificielle, en une longue file de frontales. Lumière dans les regards fatigués des coureurs, des organisateurs, des bénévoles… l’ultra, un monde de lumière….

M

Marcher : voir Courir…

Mental : on dit souvent que le mental prend le dessus pour terminer ce genre d’épreuve. C’est une chose que j’ai moi aussi toujours pensé. Finalement, je suis en train de réviser mon jugement. Lorsque le physique ne suit plus, lorsque la douleur est présente à chaque pas et ne t’assure plus l’équilibre nécessaire au franchissement des obstacles, le mental rentre dans sa coquille plus vite que l’escargot ; Vient alors le doute…

Menthe : Incroyable ! Il y avait de la menthe en sirop sur les tables de certains ravito ! magique, non ?

N

Nuits : belles ! Avec une pleine lune jouant à cache-cache avec les nuages effilés qui annonçaient déjà la pluie.

Noire : comme la piste qu’il faut remonter après la troisième base-vie ! Chaud devant !

O

Oups ! j’ai glissé dans une bouse de vache ! [vidéo... Que je ne retrouve pas non plus ! :mad::mad::mad: ]

Organisation : sans faille. Au top

Organisation…. Personnelle : je cherche une personne pouvant donner des cours d’organisation. Comment gérer ses sacs de base-vie ? Comment gérer ses fringues ? Comment gérer sa course ? Bouuuhhh… Je suis nul en organisation !

P

Parcours : visible ici : http://linfernaltrail.tracedetrail.com/fr/orga/trace/32246

Passerelle : mon premier objectif de cette édition : voir la passerelle sur la Moselle ! Objectif atteint. Pour mieux comprendre, je vous invite à relire mon compte-rendu de l’édition 2016.

Pegasus : mes chaussures. Semelles arrachées après seulement un GRP et les ¾ d’un infernal trail. Décidément, les chaussures de route ne sont pas faites pour les sentiers !

Pluie : elle aura quelque peut gâché la fête… Dame Météo n’a que faire des trailers !

Q

Question : qu’est-ce qui pousse 130 gugusses à venir s’épuiser sur des sentiers ? Question métaphysique sans doute sans réponse. Et comme disaient les Shadocks : s’il n’y a pas de réponse, c’est qu’il n’y a pas de problème, ni de question…

R

Randonneur : vendredi, 7h du matin, petit sentier fondu entre la nuit qui s’évapore à peine et le jour qui pointe son museau. Deux randonneurs arrivent face à moi. Surprise ! « ben qu’est-ce que vous faite là ? » me disent-ils en cœur…

Rateau : Voir Chute !

Ravitaillements : 17 sur le parcours. Bien achalandés, du chaud, du froid.. 100% rien que du bon ! et l’accueil ! Mes amis !

S

Sac : responsiv 8 litres Raidlight. Juste un mot pour le qualifier : hors normes ! … Ha mince, ça fait deux mots…

Seconde : UNE ! C’est le temps qu’il m’aura fallu pour dire stop et décider qu’au ravito suivant, j’arrêtais le délire !

Single : souvent magnifiques… de superbes petits single-track entre les hauts sapins. Le sol jonché d’aiguilles de pins. Un pur régal !

Solitude : Si tu n'aimes pas la solitude, ne cours pas l'Infernal ! 130 gugusses sur 200 km donne une densité tellement faible qu'on se retrouve très vite absolument seul au fond des bois... Personnellement, j'adore !

Sommeil : difficile à gérer avec un départ à minuit. J’ai vaguement somnolé dans le coffre de la Dacia jusqu’à 11H00 du soir mais c’était insuffisant – pour moi, gros dormeur - pour affronter la suite des événements !

Suivi live : hors norme cette année ! avec même une web TV qui diffusait des images non-stop. Jusqu’où s’arrêteront-ils ?

T

TRM : vous connaissez le sigle « PRM » : Personne à Mobilité Réduite. Sur le coup des 10h00 du soir, ce vendredi 8 septembre, j’invente le concept de TRM : Trailer à Mobilité Réduite… Presque 4h pour effectuer les 12 km entre la base-vie de Frère Joseph et le ravito de Précoffé… j’ai bien galéré !

Trous : dans les chaussettes. C’est dingue ! voilà que les semelles de propreté de mes Pégasus font maintenant des trous dans mes chaussettes. Et comme je suis un mec ultra-mal-organisé, j’ai tout simplement oublié de mettre des chaussettes de rechange dans mes sacs de base-vies !

U

Ultra trail… Trop facile cette lettre-là !…. comment ça je manque d’imagination ????

V

Vaches : juste magnifiques, avec d’immenses cornes et des yeux de biches. On a envie d’en tomber amoureux !

Vaseline : forcément ! De la vaseline partout où ça couine ! :D:D D'ailleurs, je me demande dans quelle mesure la Nok que j'utilisais sur mes pieds n'étaient pas une source de frottement à la longue. Depuis que je suis passé à la vaseline, les problèmes d'échauffement des pieds se sont presque totalement résolus !!!

Vent : « ça souffle, hein ! » « QUOI ? Qu’essse-tu dit ? » « Je dis CA SOUFFLE HEIN ! » « Parle plus fort, j’entends pas !!!!! »

Vert : la couleur des Vosges. Venez vous mettre au vert ! Courez l’Infernal !

Vieux : Vétéran 2. On dit aujourd’hui Master 2. Pfffff le temps passe trop vite !

Vosges : je vois la vie en Vosges ! Qu’est-ce que c’est beau, les Vosges !

W

WAA : le maillot qui vous WAA bien ! L’ultra carrier shirt. Une bombe, je l’ai déjà dit et je le redis…

Warrior : Non je n’ai rien d’un warrior ! Le plaisir avant tout ! Il y a quelques années sans doute aurais-je été capable de transcender la douleur, de me tirer sur la nouille et d’aller au bout mais je crois que cette époque est définitivement révolue. Place au bonheur, à la joie ! A bas la douleur !

Watt : Allez, je me sens bien, je vais lâcher les watts mais pas trop quand même, le chemin est long !… Ha mince ! j’aurais peut-être du rester plus calme. Qui fait le malin tombe dans me ravin !

X

X : croisée des chemins. The Crossroad… j’y ai croisé le diable, comme les vieux bluesmen. Il a tenté d’acheter mon âme pour me permettre de terminer. J’ai renoncé à son marché !

Y

Yaourt : Quelquefois, la pente est si raide que les chaussures patinent, comme dans du yaourt !

Z

Zut : c’est déjà la fin !

Mais n’oubliez pas de revenir car je le répète, ce compte-rendu est évolutif et je le mettrai régulièrement à jour !

Eric, Septembre 2017

L'intégral de mes comptes-rendus ici....
You need to be logged in to comment