1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

Sur le chemin de Compostelle - 4ème Jour

Publié par Sébastien S. (FRA 049) dans le blog Sébastien S. (FRA 049). Nombre de vue: 1325


Dimanche 13 juillet - Nasbinals -> Estaing - 53km 980d+ 1846d-

À partir du hameau Aubrac, la descente sur St-Chély-d’Aubrac annonce la transition entre le plateau et la vallée du Lot. Puis, vous atteindrez le magnifique village de St-Côme-d’Olt (un des plus beaux de France). Vous suivrez ensuite le Lot, en passant par Espalion. Puis vous arriverez à Estaing, au charme certain (un des plus beaux villages de France).


profil4.png

« Debout les campeurs et haut les cœurs, n'oubliez pas vos bottes parce que ça caille aujourd'hui ».

De nouveau un réveil sous la bruinasse. Au vu de cette nouvelle étape longue distance qui se profile à l’horizon, l’heure de départ est avancée pour permettre à toute la troupe de ne pas rentrer trop tard le soir. 7h pour le 1er groupe, 8h pour le second. Forcément le sommeil en pâti un peu mais le niveau d’énergie reste bon car l’après course est de plus en plus plaisante, ce qui aide fortement à recharger les batteries. Et comme le dirait un philosophe des temps modernes : « Le groupe vit bien. L'important aujourd'hui c'est de prendre les 3 points ... heu de rallier l'arrivée ».

La veille j’avais souffert de belles courbatures dans les cuisses mais là dès le réveil j'ai l'impression d'avoir retrouvé mes jambes de vingt ans. Impression confirmée dès le départ où sur le faux plat montant qui lance notre journée, je sens que je suis dans un bon jour. Au 2ème kilomètre je prends un embranchement à droite et plonge dans une très belle descente que j'attaque avec gourmandise. Je continue comme ça un bon kilomètre avant d’arriver à un croisement et là c’est le drame !

Plus de balise du GR, aïe aïe aïe. Je sors la carte mais dois vite me rendre à l’évidence, je me suis déchiré. Ma première et seule erreur de la semaine. Je remonte donc la belle côte que je venais de descendre, en essayant de ne pas râler, pour me repositionner sur le GR 65. Au final deux bons kilomètres en plus mais quand on aime on ne compte pas et de toute façon le chiffre 53 ne m’inspirait guère, je préfère 55.

Sur le plateau de l’Aubrac je reviens sur mes camarades surpris de me revoir si tôt. S’ensuit une belle descente passant par le village d'Aubrac.

Compostelle - Jour 4 (1).JPG

Cette descente nous amène au 1er ravitaillement du jour à Saint Chély d’Aubrac et marque la fin du plateau. C’est donc avec regret que je quitte ce plateau de l’Aubrac, ses paysages à perte de vues et ses vaches si belles. Je ne suis pas près d’oublier leurs regards perçants à chacun de nos passages.

P7120237.JPG

Nous entrons donc maintenant dans la vallée du Lot avec un changement flagrant de panoramas. Les kilomètres défilent et je suis toujours aussi bien. Je prends énormément de plaisir. Avant d’arriver à Saint Côme d’Olt au 33ème kilomètres pour le repas de midi, il faut en passer par une nouvelle longue descente pas tellement technique. Ne souffrant plus des cuisses, je lâche les chevaux et me régale à descendre à vive allure. Je joue avec le terrain et tel un cabri, je fais des petits bonds en prenant grand soin de ne pas pousser les pèlerins dans le fossé, ce qui me vaudrait, je n’en doute pas, un aller simple direct en enfer.

Cette descente terminée, c'est donc l'entrée dans Saint Côme d’Olt sur les rives du Lot.


Compostelle - Jour 4 (4).JPG

C'est un de ces villages qu'on dirait sorti tout droit du Moyen Age. Je suis sur mes gardes car à tous les coins de ruelle, je m’attends à voir débouler des gars avec capes et épées prêts à me provoquer en duel. Arrivé sans encombre au ravitaillement près de l'église, je ne reproduis pas l’erreur de la veille et de l’avant-veille. Je suis un peu lent à la détente mais au bout d’un moment, j'imprime. Je me contente donc de manger une banane et je décline l'offre très alléchante de Claude de m'empiffrer de pâtes. Je me rattraperai à l’arrivée. Cela me permet de repartir d’une foulée légère vers la suite de l’aventure.

P1050552.JPG

Je traverse cette journée comme dans un rêve, mes sensations sont excellentes. 2 murs terribles viennent tempérer tout ça et me mettent un peu dans le dur. Pensant à mes compagnons derrière moi et aux pèlerins devant affronter ces montées avec des sacs de 15 kilos sur le dos, je refuse de m’apitoyer sur mon sort. Pour faire passer au mieux ce petit coup de moins bien, je cherche mon casque audio dans mon sac mais ne le trouve pas. Je l’ai fait tomber en prenant ma veste en début de journée. Mais quand je dis que ce chemin est magique, ça n’est pas une vue de l’esprit. Un de mes camarades est passé derrière et l’a ramassé au cas où. Non seulement le chemin guérit les pieds mais en plus il s’auto nettoie. Si c’est pas la classe ça !

Les derniers kilomètres se font sur le plat et je déroule à 13-14 km/h comme à la parade. Je ne sais pas si c'est l'euphorie d'arriver au bout de cette nouvelle étape longue distance mais je plane un peu. Et ça n’est rien comparé à ce que je ressens en arrivant à Estaing, terme de cette journée et nouveau repaire de notre communauté.

Compostelle - Jour 4 (5).JPG

Compostelle - Jour 4 (6).JPG

La vue incroyable est magnifiée par le fait qu’elle a été précédée par quelques heures d’effort pour arriver jusque là. Moi qui étais sur le point de déclarer forfait la veille du départ, voilà que je viens de m'enquiller 110km en deux jours. Après une bonne douche chaude et le ravitaillement, plus que nécessaire, d'après course, il me reste même suffisamment de forces pour aller déambuler dans ce village sublime.

Compostelle - Jour 4 (8).JPG

Compostelle - Jour 4 (9).JPG

Le gite communal franchement rénové est encore d’un standing supérieur et notre petite troupe y passe une nouvelle soirée bien conviviale.

IMG_0875.JPG

On sent du soulagement dans le groupe d'être arrivé jusqu'ici. Malheureusement les blessures font leur apparition et très intelligemment deux membres de notre communauté préfèrent mettre le clignotant et zapper la dernière étape. C’est difficile mais il faut parfois savoir prendre ce type de décisions pour ne pas être handicapé beaucoup plus par la suite.

Pour les autres, reste maintenant à terminer notre périple avec une dernière étape de 36 kilomètres et 1000D+ qui va nous emmener à Conques, village mythique si il en est.
comme vous, Samuel F. (FRA 044), Cyrille L. (FRA 044) et 4 les autres aiment ce message.
You need to be logged in to comment