1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.

Trail du Ventoux 2015

Publié par Sébastien S. (FRA 049) dans le blog Sébastien S. (FRA 049). Nombre de vue: 1219

Que le lecteur pardonne à l’auteur sa propension à digresser mais une si belle aventure méritait un récit à la hauteur.

Après deux mois d’entrainements, la saison est belle et bien lancée et le temps est venu de m’offrir ma première escapade de l’année, direction le Mont Ventoux. Coïncidence heureuse, sauf erreur de ma part, ça sera l’occasion de franchir la ligne d’arrivée pour la 100ème fois. Et le moment ne pouvait pas mieux tomber pour cette célébration avec ce weekend qui symbolise tout ce pourquoi j’aime autant cette discipline un peu folle qu’est parfois le trail running. A savoir, la découverte d’un endroit mythique, un parcours engagé, un plateau de très haut niveau et surtout le partage avec d’autres passionnés. C’est donc un convoi de 12 salopards repartis en 3 voitures qui quitte Nantes le vendredi matin pour se rendre à Bedoin au domaine des Florans où nous serons hébergés en pension complète. Arrangement idéal pour éviter tous les petits tracas d’organisation. Seule la gestion des apéros restant à notre charge !

IMG_5646.JPG

Les compétitions du mois de février, de format court, avaient pour but de travailler la vitesse, de s’impliquer mentalement et de se faire mal. Là pour le Ventoux, c’est une autre approche que je souhaite mettre en place. Approche uniquement axée sur la découverte et le plaisir. C’est ma 1ère sortie longue de l’année avec pas mal de dénivelé de surcroit (46km et 2400D+) donc pas question de se mettre minable. C'est une course de préparation et je dois l’aborder telle que. Ce qui me va très bien car je n’ai pas envie d’être 100% dans la compétition et de passer à côté du plaisir de gravir le Mont Chauve. D’autant moins enclin à taper dedans que je l’ai fait suffisamment à l’entrainement. Du samedi au jeudi précédant la course, ce sont 6 séances consécutives qui se sont enchainées pour un total de 104km à près de 14 de moyenne. Séances qualitatives avec un seul footing au programme. En conséquence, mon unique objectif est d’arriver à terminer la course sans me blesser afin de pouvoir enchainer derrière.

Le vendredi matin nous apprenons que la course ne montera pas au sommet car de fortes chutes de neige sont attendus dans la nuit de samedi à dimanche. La déception est grande pour certains mais je l’accepte car c’est aussi ce qui fait le charme de la montagne, le sommet n’est jamais acquis. Je me réjouissais d’avoir vu la neige recouvrir la montagne sans penser que ça que ça compromettrait le passage au sommet. Toutefois je ne perds pas espoir d’y monter la veille de la course. En attendant c’est une journée sur la route qui nous attend. Le trajet passe relativement vite car les discussions s’enchainent et en fin d’après-midi, l’antenne si caractéristique du Ventoux apparait à l’horizon.

IMG_5849.JPG

Nous rejoignons notre hébergement qui accessoirement sert de site de départ pour la course. Je n’ai jamais vécu de telles conditions. Le village de départ est littéralement dans notre jardin !

IMG_5917.JPG

Nous sommes logés dans des chambres de deux, de quoi se prendre pour des athlètes professionnels, style cycliste sur le Tour de France. Seule différence notable, notre 1ère action n’est pas de passer au massage, mais de se promener dans le village de Bedoin et d’aller boire une Leffe de Printemps en terrasse !

Tout est encore calme mais c’est déjà l’occasion de croiser Christophe Malardé et d’échanger quelques mots avec lui. Il me confirme qu’à l’exception de François d’Haene, le Team Salomon France sera là au grand complet, ainsi que tous les meilleurs français. Rarement une course aura eu une telle densité ce qui rend l’expérience encore plus excitante.

Après une bonne nuit de sommeil, toute la troupe est motivée pour aller prendre un bon bol d’air frais. C’est donc en voiture que nous attaquons les lacets du Mont Chauve. Le chalet Reynard dépassé, nous pouvons encore continuer un peu avant que la route ne soit barrée.

IMG_5652.JPG

Il reste 4,5km et 400D+ avant le sommet, pas de quoi nous effrayer. C’est donc en trottinant que nous entamons ce périple. La neige est bien présente, l’air pur et c’est un régal de se balader ainsi.

11026210_939373536094131_7829335005514760447_n.jpg

En haut la vue est bouchée mais quelle satisfaction de voir de visu cette antenne aperçue tant de fois à la télévision. Coïncidence étonnante nous tombons nez à nez avec Fred Bousseau le journaliste de Trail Endurance venu faire un point météo de veille de course. Et ce garçon d’origine nantaise, se trouve rapidement des connaissances communes avec Benoit mon camarade de chambrée. Après avoir participé à cette vidéo nous entamons la redescente l’esprit apaisé. Il n’aurait en effet pas été prudent de faire passer tout un peloton à cet endroit même si pour certains « ça passe ».

TRAIL DU VENTOUX 2015 029.JPG


Après 9,45km en 1h15, il est temps de retourner au domaine des Florans pour se mettre les pieds sous la table. L’après-midi est une veillée d’arme classique. Un peu de repos, une petite balade dans le village et un apéro dans les chambres avant le repas. Le soir, la pasta party est animée car de nombreux concurrents logent dans l’établissement et il n’est pas rare de croiser des têtes connus. Comme dit précédemment, quasiment tout ce qui compte de grands coureurs en France a répondu à l’appel.

Le réveil le dimanche matin se fait en douceur. Pas de violence, c'est les vacances. Je n’ai que 50m à faire pour rejoindre le départ donc je prends donc mon temps dans la chambre. La pluie annoncée n’est pas là même si le temps est couvert. Je mets un coupe-vent dans le sac à dos mais ne l’utiliserait jamais. Je prends juste des mitaines avec renforcement au niveau des paumes pour anticiper une éventuelle gamelle ou une rencontre avec un arbre récalcitrant. En descendant vers l’accueil, j’ai de la peine pour les nombreux coureurs faisant le pied de grue devant les toilettes communes. C’est tellement plaisant d’avoir ses toilettes privatives !

En ce dimanche matin, je suis concentré car je tiens à garder en tête une seule idée « Ici et maintenant ». Pas question de se polluer la tête avec la compétition ou écouter trop son corps. Je veux juste être dans le moment, ouvrir grand mes yeux et sentir chacune de mes foulées. Je veux qu’elles soient légères. Pas évident à mettre en place au départ car ça part très vite et ça bouscule un peu. J’arrive quand même à prendre mon rythme et me retrouve dans la foulée de cette grande championne qu’est Nathalie Mauclair. Nous avons 1200D+ à digérer en 13km. Je trottine la plupart du temps mais n’hésite pas à marcher à grande enjambées quand la pente se durcit vraiment d’autant plus que le sol est jonché de pierres et n’est pas facile à courir. Le serpentin de coureurs s’étire en silence. J’échange juste quelques mots avec un coureur qui m’a reconnu suite aux magnifiques vidéos de Belle Ile.


TRAIL VENTOUX 2015 022.JPG

Enfin la neige commence à apparaitre sur les bas-côtés et face à nous la montagne se présente bien enneigée. Après le ravitaillement du km 12, nous basculons vraiment sur un trail blanc, mon premier, j’en ai les larmes aux yeux. La neige recouvre désormais toute la végétation, l’air y est tellement pur. J’en frissonne encore de plaisir en écrivant ces lignes. Quel bonheur de trottiner sur un faux plat montant dans de la neige fraiche, à peine tassée par les concurrents précédents.

TRAIL VENTOUX 2015 039.JPG

Je croise Serge Jaulin, l’organisateur, j’en profite pour le remercier de tous ces efforts pour que ce soit possible. A 2h30 du matin, il était là avec sa famille pour faire la trace. Quel dévouement pour que nous puissions vivre notre passion ainsi. La séparation avec le parcours du 26km apparait et un bénévole me demande en rigolant si je suis sûr de mon choix. Il faudrait me mettre un pistolet sur la tempe pour m’obliger à redescendre maintenant !

TRAIL VENTOUX 2015 043.JPG

D’autant plus que la montée a permis à chacun de se positionner. Les groupes sont moins fournis ce qui renforce la tranquillité des lieux. A 1500m d’altitude c’est le Grand Nord. La neige tombée dans la nuit a constitué une couche épaisse et le meilleur reste à venir. Après ces 1200D+ encaissé depuis le départ, il est temps de songer à redescendre. Une descente en léger faux plat, les pieds dans la neige, quel bonheur !

C’est incontestablement, le plus gros kif de ce début d’année. Je suis vraiment à l’aise sur cette partie et je double des concurrents en faisant du hors-piste dans la poudreuse. Les jambes vont bien, je relance sur commande. Après le 2ème ravitaillement au 23ème km, on reprend 300D+. Je suis moins à l’aise mais je monte à mon allure sans forcer les choses.

IMG_9979.jpg

Par contre de retour sur le plat ça déroule avec facilité. Dorénavant, je suis tout seul et les singles en forêt alternent avec les passages en balcon où je m’amuse énormément. Je finis par recoller à un groupe de 4-5 coureurs comprenant notamment la 3ème et la 4ème féminine. La descente est technique donc je ne cherche pas à forcer le passage d’autant plus que nous rattrapons les derniers coureurs du 26km ce qui complexifie la tâche. Je reste ainsi un peu bloqué quelques temps donc mais je profite d’un élargissement de la piste pour reprendre ma route en solitaire.

Dans la dernière très longue descente, je lâche tout et remonte d’autres concurrents, je me régale à descendre comme un cabri. Je maitrise mieux maintenant cette technique si particulière. Ma confiance est plus forte donc c’est vers l’avant que j’attaque ce type de difficultés. Je ne serais jamais pris en défaut malgré de nombreuses pierres sur le chemin. Même pas une seule petite chute à se mettre sous la dent. Au 37ème km on m’annonce 3km restants, presque déçu de finir aussi tôt car les jambes ne sont pas vraiment entamées, je suis encore à 15-16 sur le plat. Ceci dit, l’effort reste important pour un début de saison et je me dis que c’est aussi bien ainsi.

A aucun moment, je n’aurais eu idée de mon classement et peu importe car ainsi j’ai mené la course que je souhaitais. Prendre du plaisir, être présent dans le moment, faire une bonne sortie longue et casser un peu de fibre. La dernière bosse est avalée en courant et je termine ces 40,3km et 2100D+ en 4h14 à la 50ème place. Ça confirme ce que je savais déjà, je suis quand même très loin du haut niveau. Je n’ai pas le profil pour être performant sur ce type de parcours mais j’ai adoré mes sensations du jour. Seules les bosses très raides m’ont fait souffrir mais autrement je me suis toujours senti à l’aise. La ligne franchie, j’attrape juste une bouteille d’eau et file directement dans ma chambre pour une douche bien chaude, quel luxe. Le reste de la journée sera de la même veine. Voir les amis arriver, échanger ses sensations, se restaurer, se balader, vider de nombreux godets. Des dimanches comme ça j’en redemande tous les WE !

Au final seuls les ischio-jambiers seront sensibles, ce qui ne m’empêchera toutefois pas de courir 1h le mardi et de faire des 30’’-30’’ le mercredi. L’objectif de mon début de saison va maintenant arriver très vite avec le demi Bretagne Ultra Trail et ses 63km le 25 avril. Là encore j’aurais le droit à une confrontation de très haut niveau en la présence, entre autres, de Jannick Sery le multiple vainqueur du trail de Bourbon à la Réunion. On ne court pas sur la même planète mais je compte bien m’entrainer dur pour limiter l’écart le plus possible.
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Sébastien S. (FRA 049)
  • Sébastien B. (FRA 065)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Sébastien S. (FRA 049)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Sébastien S. (FRA 049)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Jean-françois B. (FRA 044)
  • Thierry L. (FRA 044)
  • Freddy B. (FRA 085) #3
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Freddy B. (FRA 085) #3
  • Sébastien S. (FRA 049)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Freddy B. (FRA 085) #3
  • Sébastien S. (FRA 049)
  • Guillaume L. (FRA 070)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Jean-françois B. (FRA 044)
  • Jean-françois B. (FRA 044)
  • David B. (FRA 035)
  • Mevenig R. (FRA 044)
  • Vincent B. (FRA 044)
You need to be logged in to comment